Retour page d'accueil

in English

La poussière des sillons... maquette projet podcast à écouter ou télécharger ici :

www.archeophone.org/cylindres_musiques/fugere_expose.mp3

 

Lucien Fugère en 1881
Lucien Fugère en 1928

 

Ronde d'amour
Zonophone X2013
fin 1902 - écoutez-le !

Ronde d'amour
Columbia D-13044
avril 1928 - écoutez-le !

 

Ah! si l'amour prenait racine,
J'en planterais dans mon jardin
Pour que ma petite voisine,
Respirant la fleur assassine,
Sentît son coeur battre soudain.
Ah! si l'amour prenait racine,
J'en planterais dans mon jardin.

J'en planterais le long des routes,
J'en mettrais pour tous et pour toutes,
J'en mettrais assez pour chacun,
Et je resterais aux écoutes,
Attendant qu'il passât quelqu'un.
Ah! J'en planterais le long des routes,
J'en mettrais assez pour chacun.

Les garçons cueilleraient la plante,
Les filles souriraient mieux;
Avec une douceur brûlante,
Les doigts unis, la voix tremblante,
Ils s'embrasseraient sur les yeux.
Les garçons cueilleraient la plante,
Les filles souriraient mieux.

 

Charles Fuster (1866-1929)
Cécile Chaminade (1857-1944)

 

------

 

Je suis né il y a 160 ans, et je vais vous chanter maintenant une chanson, la Ronde d'Amour  ; musique de Cécile Chaminade, sur un poème de Charles Fuster. Chaminade fut l'une des rares compositrices françaises de sa génération qui ait connu une grande célébrité, notamment en Angleterre.Je ne rougirai ni de la qualité de ma voix, qui fut parmi les plus appréciées de mon époque, ni de celle de cet enregistrement Columbia d'avril 1928.

Morceau ici

Lucien Fugère, né et mort à Paris, 22 juillet 1848 - 15 janvier 1935, chantait ici dans sa 80 ème année, nous laissant un fidèle témoignage de sa maîtrise du chant, malgré son grand âge. L'enregistrement sonore -le phonographe- imaginé par Charles Cros en 1877, et réalisé outre-Atlantique la même année par le grand Thomas Edison, accédait en 1928 à la maturité. Depuis peu, la qualité des enregistrements gravés dans la cire devenait suffisante pour séduire enfin les oreilles les plus réfractaires aux artifices sonores de la modernité.

L'emploi en studio du microphone, associé aux amplificateurs, permettait en effet dès 1925 une amélioration spectaculaire du son enregistré, que l'on appela dès lors l' enregistrement électrique . Avant 1925, il fallait chanter devant un cornet de métal ou de carton pour mettre en mouvement, par la seule force du son, une membrane et une pointe, qui gravait sur un cylindre ou sur un disque de cire en rotation.

Ce procédé que l'on appelle enregistrement acoustique , hérite directement du montage primitif d'Edison, et il a constitué la norme pendant près de 40 ans, avec des performances de restitution sonore très inégales, qui furent cependant suffisantes pour faire du phonographe un objet de consommation de masse dès avant 1914. Qu'on juge plutôt : 45 millions de cylindres pressés ou reproduits en France de 1900 à 1910 chez Pathé, et au moins 30 millions de disques pressés chez ce même fabricant entre 1907 et 1914.

L'enregistrement d'alors n'avait pas que des adeptes. On raillait la mauvaise qualité sonore et parfois même les contenus. Il y en avait pourtant pour tous les goûts de l'époque : musique d'orchestre, opéra, opéra-comique, café-concert, vieille chanson et déjà aussi notre Ronde d'amour de Chaminade, chantée par le même Lucien Fugère, dont voici maintenant un enregistrement acoustique sur disque Zonophone, gravé à Paris à l'automne 1902.

Morceau ici

On pourra s'étonner notamment de l'annonce faite par le chanteur au début de l'enregistrement. C'était une pratique courante, qui disparut peu à peu avant 1910 Au sujet de Lucien Fugère,  le Larousse du XXe siècle nous rappelle : «sa jolie voix de baryton, conduite avec beaucoup de goût, son talent de comédien, ainsi que quantité de créations qu'il fit à l'opéra-comique, notamment des rôles dans la Basoche , Louise, Grisélidis, le Jongleur de Notre Dame, Fortunio, Don Quichotte, etc. »

Il avait commencé sa carrière dans le café-concert, à Ba-Ta-Clan en 1870. Il débuta aux Bouffes Parisiens en 1874 et fit sa première apparition à l'opéra-comique en 1877 dans les Noces de Jeannette, de Victor Massé.

On lisait déjà dans la presse en 1881 : « C'est à son travail sérieux et varié, fait avec amour et conscience, que Fugère, par la diversité des rôles qu'il a remplis aux Bouffes Parisiens et à l'opéra-comique doit la souplesse de son talent aujourd'hui. »

Fugère est ainsi resté un pilier de l'opéra-comique pendant plus de 50 ans. De nos jours, le dictionnaire des interprètes résume enfin : « Artiste incomparable, acteur consommé autant que parfait chanteur, il a laissé un remarquable traité sur le chant. »

Une prochaine fois nous aurons l'occasion d'écouter des cylindres de café-concert.

Vous pouvez retrouver une documentation détaillée, bibliographie, liste des sources, portrait de Lucien Fugère, sur www.archeophone.org

------

Documents :

Article Camées artistiques 1881
Portrait de Lucien Fugère en 1881 en 1928
Références bibliographiques
Columbia D-13044
Zonophone X2013

----------

Reportages, chroniques, rencontres
à découvrir sur Arte Radio
Logo Arte Radio
Plus de 860 archives libres,
sympas et disponibles de suite.

 

 

 

 

 


Retour page d'accueil

Contact